TNT: Le Bénin se prépare, le Cameroun restructure, le Kenya tâtonne.

BENIN

Jean DANSOU, ministre des TIC, a annoncé aux médias que le Bénin a besoin de 110 millions de dollars (55 milliards de FCFA) pour finaliser le projet de migration vers le numérique dont l’échéance est fixée au 17 juin 2015.

Selon BizTechAfrica, d’après M. Dansou le gouvernement a fait de la transition de l’analogique vers la diffusion numérique sa priorité absolue, ajoutant que le Bénin doit faire tout ce qu’il faut pour se conformer aux recommandations de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Contrairement à d’autres pays africains qui accusent un retard énorme six mois avant la date limite, le Bénin semble avoir déjà fait quelques travaux considérables parmi lesquels le renforcement de ses capacités, la pose d’infrastructures et l’adoption d’une politique de législation de la TNT.

L’article 44 de ladite loi, votée au Parlement en Août 2014, déclare que la cessation de la diffusion analogique  se fera progressivement selon un calendrier convenu par l’Etat.

La caractéristique la plus intéressante de cette loi est certainement l’article 46, qui prévoit la création d’un Fond de dividendes numérique qui sera alimenté par l’argent provenant des spectres et fréquences alloués aux radiodiffuseurs par le régulateur .

CAMEROUN

Issa Tchiroma Bakary et Xun Gu respectivement, ministre de la Communication du Cameroun et vice-président de la société chinoise Star Software technologies Co. LTD (StarTimes), ont signé à Yaoundé un contrat commercial pour la restructuration technique de la Cameroon Radio and Telecommunications (CRTV).

D’après le ministre, le principal objectif de ce contrat est de doter le Cameroun d’un système de radiodiffusion et de télévision numérique moderne. Au moment où le Cameroun est en plein processus de migration vers la TNT, cette réhabilitation technique est plus que nécessaire et elle devrait jouer un rôle important.

Selon Amadou Vamoulke, directeur général de la CRTV, « la migration vers le numérique demande une remise à niveau à la production, la diffusion, la transmission… La CRTV utilise les mêmes équipements depuis une trentaine d’années et la remise à neuf de ceux-ci devenait cruciale. »

La CRTV a un rôle important à jouer dans la migration de l’analogique au numérique, car elle sera en charge de l’espace de multiplexage par lequel toutes les chaînes de télévision camerounaises sont concernées. Amadou Vamoulke explique : « Au cours du processus de multiplexage, les sons et images produits vont subir un traitement et pourront être décodés. Par la suite il sera possible de connaitre la provenance des différentes informations. En attendant la mise en place d’une entité autonome, grâce à ces infrastructures, la CRTV va apporter un appui technique aux chaînes de télévision camerounaises pour la transmission de leurs programmes numériques. ». 

KENYA

Suites aux contestations des groupes de médias, la cour suprême a suspendu l’arrêt de la diffusion numérique qui devait commencer à Nairobi ce 31 Décembre.

Le consortium de Nation Media Group, Standard Group et Royal Media Services s’est plaint auprès du tribunal arguant qu’ils n’avaient pas eu suffisamment de temps pour mettre en place leurs infrastructures de transmission numérique. Le autorité ont par la suite suspendu l’arrêt de la diffusion analogique en attendant une nouvelle audition qui aura lieu le 5 Janvier 2015.

L’avocat du consortium aurait affirmé que les trois groupes de médias ont besoin de temps pour procéder à une diffusion simultanée à la fois numérique et analogique à Nairobi pendant au moins deux mois pour assurer le bon fonctionnement de leur plate-forme. Ils veulent aussi que l’Autorité des communications du Kenya leur accorde au moins deux fréquences à Nairobi. Actuellement ils n’en ont qu’une seule.

L’approche progressive aidera à améliorer les phases ultérieures fondées sur les leçons apprises durant le processus. Cela permettra également de gagner un peu de temps pour la sensibilisation des consommateurs, l’importation et la distribution locale des décodeurs pour renforcer le stock actuel à travers le pays. La fixation des délais va aider les consommateurs à se munir de décodeurs et aussi motiver les fournisseurs à augmenter leurs stocks. L’Autorité a approuvé plus de 60 vendeurs de Set Top Boxes.

Suivez l’actualité de la course vers la TNT en Afrique ICI – afriqueitnews.com/category/tnt

Participez au débat sur les réseaux sociaux…


…et recevez la newsletter hebdo gratuite!


Recent Posts

Facebook s’attaque officiellement aux sites de petites annonces avec « Marketplace »

Les sites de petites annonces font souvent partie des plus grandes success stories de l'entrepreneuriat numérique en Afrique. Au Sénégal,...

5 Startups marocaines à découvrir au salon #AITEX, si vous ne les connaissiez pas déjà.

La première édition du salon AITEX (Africa IT Expo), qui a ouvert ses portes ce mercredi 21 à Casablanca, a été...

AITEX: Le Maroc solidifie ses liens avec l’Afrique subsaharienne dans les TIC

Le salon AITEX (Africa IT Expo) a ouvert ses portes ce mercredi 21 septembre 2016. Il réunira, durant 5 jours, les...

Ces étudiants que la technologie mettra au chômage…

Le phénomène est certes plus pertinent en occident qu'en Afrique, mais ceux qui ont sous-estimé la capacité du continent noir à s'approprier les...

Rapport: « A quoi ressemblera le marché bancaire africain en 2027? »

C’est la question à laquelle nous répondons dans cette étude qui se base sur quatre années d’analyse intense du marché des...