Marodi.tv, futur concurrent de Youtube en Afrique?

Les plateformes naissent sur la toile, aussi souvent que Miley CYRUS sort sa langue de sa bouche (oui, le buzz a également atteint le continent africain). Certaines, cependant, sortent du lot par la qualité du service qu’elles offrent ou par leur croissance fulgurante. Marodi.tv cocherait les deux cases.
Nous nous sommes rapprochés de son fondateur Serigne Ndour pour une interview où il ne nous dit pas tout, mais il nous dit tout de même qu’il « gagne assez d’argent pour couvrir ses charges fixes » avec sa plateforme.

AfriqueITNews: Bonjour Serigne. Peux-tu te présenter en quelques mots

Serigne Massamba NDOUR: Je m’appelle Serigne Massamba NDOUR, j’ai 31 ans et je suis le fondateur de Marodi.tv.

Je vis actuellement en France dans la région parisienne mais j’ai grandi au Sénégal et mon objectif est d’y de retourner coûte que coûte. Je suis parti en France faire mes études après un cursus secondaire fait au lycée technique industriel Maurice Delafosse et un bac avec mention en poche. J’ai été lauréat du concours général des meilleurs élèves du Sénégal et j’ai obtenu une bourse d’excellence pour poursuivre mes études supérieures en France. En quittant mon pays, mon objectif était de faire une grande école d’ingénieur et ensuite revenir participer au développement de mon pays.

J’ai pu réaliser une partie de ce rêve en intégrant en 2005 Télécom Paris Tech (ENST Paris). J’y ai poursuivi une formation d’ingénieur en Télécommunication et en Informatique. Et j’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur en Septembre 2008 après avoir fait mon stage de fin d’études chez IBM France.

J’avais décidé de rentrer travailler au Sénégal malgré une proposition d’embauche en CDI d’IBM France. Cette tentative de retour a échoué le jour où je devais acheter mon billet aller simple pour Dakar. J’étais très déçu mais c’était sans doute mon destin et cela ne m’a pas fait baisser les bras par rapport à mon ambition de revenir participer au Sénégal à de grandes choses pour mon pays. Cela m’a encore plus renforcé et m’a indirectement poussé vers la voie de l’entreprenariat, une voie que je n’aurais peut être pas prise si j’étais retourné au Sénégal à ce moment là. J’ai finalement accepté le poste de consultant SI chez IBM France. J’ai rencontré celle qui partage ma vie aujourd’hui, on s’est marié en 2009 et on a deux filles. …Et j’ai finalement créé en 2012 Marodi.TV !

AfriqueITNews: Qu’est ce que Marodi.TV?

Serigne Massamba NDOUR: Marodi.TV est :

– Une plateforme de vidéos qui offre aux chaînes de télévisions et aux producteurs la possibilité de rediffuser leurs contenus vidéo sur le média internet. Elle permet aux internautes sénégalais de voir et revoir leurs émissions préférées.

– Une plateforme de social TV qui permet aux internautes de commenter leurs émissions à tout moment : avant, pendant et après leur diffusion.

Actuellement la plateforme est disponible sur le web et que sur le Sénégal. Elle sera disponible sur les smartphones iOs et Android dans quelques jours et nous prévoyons de lancer au Cameroun en août et dans d’autres pays de la sous-région sous peu.

L’idée de Marodi.TV est née d’un constat simple : si on ratait une émission d’une télé sénégalaise, il n y avait aucun site internet qui permettait de rattraper l’émission avec une interface ergonomique et une vidéo en haute qualité.

L’aventure a commencé en septembre 2011 après un mois de vacances au Sénégal. J’avais senti que tous les sénégalais avaient le besoin de regarder leur émissions préférées en Replay : ceux de la diaspora à cause du décalage horaire et ceux résidents au Sénégal parce qu’ils consomment la télé à la demande.

La première version du site internet est lancée en Janvier 2012. Trois mois après, deux amis et promotionnaires à Télécom Paris Tech, Patrick Kengne Kamga et Nourou Dine Issaka, m’ont rejoint en tant qu’actionnaires. Maintenant on manage Marodi.TV à 3. Nous avons créé la structure juridique à Paris et on a un bureau à Dakar et au Cameroun.

AfriqueITNews: Combien de personnes travaillent sur le projet?

Serigne Massamba NDOUR: Nous avons un bureau à Dakar qui compte 5 personnes, un bureau au Cameroun avec 4 personnes, plus le TOP management composé de 3 personnes.

Lire la suite de l’interview

Participez au débat sur les réseaux sociaux…


…et recevez la newsletter hebdo gratuite!


Recent Posts

Facebook s’attaque officiellement aux sites de petites annonces avec « Marketplace »

Les sites de petites annonces font souvent partie des plus grandes success stories de l'entrepreneuriat numérique en Afrique. Au Sénégal,...

5 Startups marocaines à découvrir au salon #AITEX, si vous ne les connaissiez pas déjà.

La première édition du salon AITEX (Africa IT Expo), qui a ouvert ses portes ce mercredi 21 à Casablanca, a été...

AITEX: Le Maroc solidifie ses liens avec l’Afrique subsaharienne dans les TIC

Le salon AITEX (Africa IT Expo) a ouvert ses portes ce mercredi 21 septembre 2016. Il réunira, durant 5 jours, les...

Ces étudiants que la technologie mettra au chômage…

Le phénomène est certes plus pertinent en occident qu'en Afrique, mais ceux qui ont sous-estimé la capacité du continent noir à s'approprier les...

Rapport: « A quoi ressemblera le marché bancaire africain en 2027? »

C’est la question à laquelle nous répondons dans cette étude qui se base sur quatre années d’analyse intense du marché des...