Les TIC sont en train de révolutionner le développement en Afrique selon un rapport de la Banque Mondiale.

Les innovations dans le domaine des TICs sont en train d’offrir des solutions locales à des problèmes locaux, transformant ainsi les entreprises et conduisant à une croissance de l’entrepreneuriat et à une croissance économique selon un rapport publié conjointement par la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement et l’Union Africaine.

Le rapport eTransform Africa: The Transformational Use of Information and Communication Technologies in Africa, offre de nouvelles données sur la révolution technologique qui s’opère en ce moment sur le continent Africain et l’impact que cette transformation a sur le développement du continent.
Au début de l’année 2012, il y avait 650 million d’abonnés au mobile, faisant de l’Afrique un marché plus grand que celui de l’Europe ou des Etats-Unis dans le domaine de la téléphonie mobile. Plus de 68 000 Kms de câbles sous-marins ont été installés, augmentant considérablement la connectivité à travers le continent.
La bande passante disponible au milliard d’habitants du continent Africain s’est ainsi multipliée par 20 depuis 2008.

« L’internet et les mobiles sont en train de transformer le paysage du développement en Afrique, insufflant un nouveau dynamisme dans les secteurs clés », a déclaré Jamal SAGHIR, Directeur de la Banque Mondiale pour le développement durable dans la région Afrique. « Le défi consiste à magnifier l’échelle de ces innovations pour un plus grand impact socio-économique à travers tout le continent au cours de la prochaine décennie.»

Le rapport eTransform Africa met l’accent sur le besoin de construire une industrie des TIC compétitive et concurrentielle pour promouvoir l’innovation, la création d’emplois, et stimuler le potentiel d’exportation des entreprises Africaines du domaine. Il identifie les meilleures pratiques dans l’utilisation des TIC dans huit secteurs clés. Par exemple:

Agriculture : au Kenya, le programme Kilimo Salama est un programme d’assurance des cultures qui tire parti du système de transfert d’argent par téléphone M­PESA et permet aux exploitants agricoles de mieux gérer les risques naturels tels que les sécheresses ou la surabondance de précipitations.

Adaptation au changement climatique : au Malawi, un projet de déforestation forme les communautés locales, à l’établissement de relevés des villages sur GPS et à l’élaboration de stratégies d’adaptation en fonction de leurs besoins.

Services financiers : au Sénégal, l’opérateur SONATEL a lancé un service d’envoi de fonds, permettant à ses 200 000 abonnés d’envoyer et de recevoir de l’argent par le biais de leur téléphone portable.

Santé : au Mali, la télémédecine contribue à pallier le manque de travailleurs et de spécialistes de la santé dans les zones rurales, grâce notamment au programme de télé-radiologie IKON.

« Ce rapport présente la voie dans laquelle l’Afrique s’est engagée et encourage l’esprit créatif concernant la manière d’utiliser les TIC au profit du plus grand nombre « , explique Gilbert Mbesherubusa, vice-président suppléant des opérations de la Banque africaine de développement.

Le rapport eTransform Africa fournit également des informations sur le développement des centres technologiques en Afrique – tels que iHub et NaiLab au Kenya, Hive CoLab et AppLab en Ouganda, Activspaces au Cameroun, CTIC au Sénégal, Kinu en Tanzanie ou mLabs au Kenya et en Afrique du Sud. Ces centres créent de nouveaux espaces de collaboration, d’innovation, de formation, de développement d’applications et de contenu et de pré-incubation des entreprises africaines de demain.

 » L’Afrique prend rapidement l’étoffe d’un chef de file dans le domaine des TIC. Les innovations qui ont connu leur essor en Afrique – comme les téléphones portables à deux cartes SIM ou les envois de fonds par téléphone – se répandent sur tout le continent et au-delà  » indique Tim Kelly, expert en politique des TIC à la Banque mondiale et l’un des auteurs du rapport.
« Le défi à relever pour l’avenir du continent est de réussir à faire en sorte que les innovations en matière de TIC profitent à tous les Africains, y compris les pauvres, les plus vulnérables et les habitants des régions les plus reculées. « 

Le rapport et les huit études sectorielles peuvent être consultés dans leur intégralité à l’adresse eTransformAfrica.org.

Participez au débat sur les réseaux sociaux…


…et recevez la newsletter hebdo gratuite!


Recent Posts

Facebook s’attaque officiellement aux sites de petites annonces avec « Marketplace »

Les sites de petites annonces font souvent partie des plus grandes success stories de l'entrepreneuriat numérique en Afrique. Au Sénégal,...

5 Startups marocaines à découvrir au salon #AITEX, si vous ne les connaissiez pas déjà.

La première édition du salon AITEX (Africa IT Expo), qui a ouvert ses portes ce mercredi 21 à Casablanca, a été...

AITEX: Le Maroc solidifie ses liens avec l’Afrique subsaharienne dans les TIC

Le salon AITEX (Africa IT Expo) a ouvert ses portes ce mercredi 21 septembre 2016. Il réunira, durant 5 jours, les...

Ces étudiants que la technologie mettra au chômage…

Le phénomène est certes plus pertinent en occident qu'en Afrique, mais ceux qui ont sous-estimé la capacité du continent noir à s'approprier les...

Rapport: « A quoi ressemblera le marché bancaire africain en 2027? »

C’est la question à laquelle nous répondons dans cette étude qui se base sur quatre années d’analyse intense du marché des...