Et si M-Pesa n’était pas kenyan mais britanique ?

Jusque là salué comme « le plus grand succès de l’histoire de la technologie au Kenya« , M-Pesa a été longtemps le temoin de la grandeur de la scène technologique de ce pays d’Afrique de l’est. M-Pesa était présenté comme un réel concurrent des sociétés de technologies de classe mondiale de l’Afrique du Sud.

Mais, M-PESA est-il vraiment kényan ? La réponse est non, M-Pesa est britannique.

Des faits actuels montrent que le service qui compte pour plus de 60% du PIB du Kenya dans les transactions bancaires, a été conçu par un professionnel britannique qui en fut aussi l’architecte. La compagnie à qui la demande de développer cette idée a été transmise était britannique. La société qui détient les droits de propriété intellectuelle est britannique et elle a été financée à ses débuts par le gouvernement britannique.

L’architecte s’appellerait en fait Paul Makin et il exercerait dans le secteur bancaire britannique. Makin dit qu’à l’origine l’équipe était composée de lui et de Nick Hughes. Sur la question de savoir pourquoi ils ont baptisés leur projet M-Pesa ( peut-être le seul aspect kenyan évident de l’innovation ) Makin a déclaré qu’ils avaient abordé le sujet dans un bar kenyan d’où leur choix et tout cela aurait eu lieu en 2004, avant que le service ne soit lancé au Kenya 3 ans plus tard, soit en 2007 par Safaricom Ltd.

En Mars-Avril 2007, Vodafone a lancé M-Pesa au Kenya, et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

Tandis que Nyagaka Anyona Ouko, un Kenyan de Nairobi, affirme qu’il est le concepteur de M-Pesa et affirme que Vodafone et ses représentants ont volé son idée de transfert de fonds mobile.Il détiendrait un certificat de la Kenya Copyright Board en date du 15 Juin 2012 qui déclare ce qui suit: »Il est certifié que le droit d’auteur sur le travail dans la catégorie LITTÉRAIRE DE TRANSFERT DE TRÉSORERIE MOBILE numéroté 011146 KCB a été enregistré au nom de NYAGAKA ANYONA Ouko de Nairobi.
Avant d’ajouter qu’il soutiendrait n’importe qui ayant une preuve plus crédible que la sienne. Ouko affirme qu’il s’est présenté à Safaricom avec un «document explicatif du concept» et affirme que «Si vous voyez le document que j’ai envoyé à Safaricom Ltd vous comprendrez que tout ce qu’ils ont eu à faire c’était de coder mon idée !  »

Info ou intox ? Tentative de mettre des bâtons dans les roues ou vraie révélation ? Qu’en pensez-vous ?

Participez au débat sur les réseaux sociaux…


…et recevez la newsletter hebdo gratuite!


Recent Posts

Facebook s’attaque officiellement aux sites de petites annonces avec « Marketplace »

Les sites de petites annonces font souvent partie des plus grandes success stories de l'entrepreneuriat numérique en Afrique. Au Sénégal,...

5 Startups marocaines à découvrir au salon #AITEX, si vous ne les connaissiez pas déjà.

La première édition du salon AITEX (Africa IT Expo), qui a ouvert ses portes ce mercredi 21 à Casablanca, a été...

AITEX: Le Maroc solidifie ses liens avec l’Afrique subsaharienne dans les TIC

Le salon AITEX (Africa IT Expo) a ouvert ses portes ce mercredi 21 septembre 2016. Il réunira, durant 5 jours, les...

Ces étudiants que la technologie mettra au chômage…

Le phénomène est certes plus pertinent en occident qu'en Afrique, mais ceux qui ont sous-estimé la capacité du continent noir à s'approprier les...

Rapport: « A quoi ressemblera le marché bancaire africain en 2027? »

C’est la question à laquelle nous répondons dans cette étude qui se base sur quatre années d’analyse intense du marché des...