Quand les "méchants" viennent d'Afrique.

Mais d’où sont originaires les méchants des jeux vidéos ? C’est la question posée par le site américain spécialisé Complex, qui a créé une carte du monde pour les répertorier. Le continent africain est l’un des fournisseurs de ces ennemis virtuels.

Les développeurs de ces jeux, essentiellement anglo-saxons, sont à la recherche de méchants plausibles. Ils s’inspirent des relations internationales pour concevoir leurs systèmes. Pas étonnant que dans les 20 jeux de guerre sélectionnés, parus ces dix dernières années, les méchants ne sont jamais américains, français, anglais ou italiens. Une conception très manichéenne veut que l’ennemi vienne forcément d’ailleurs : mafias de l’ex-bloc soviétique, guérillas d’Amérique latine ou mercenaires africains.

Les traces de la guerre froide sont encore bien ancrées dans l’imaginaire collectif : une grande partie des méchants proviennent de l’ex-bloc communiste (Russie, Chine et Cuba). Mais les conflits plus récents inspirent également les concepteurs de jeux, comme ceux dans les pays en développement d’Afrique (SomalieTchadÉthiopie) et d’Amérique latine (Mexique, Brésil, Colombie). Et ces dernières années, les jeux de guerre sur l’Irak et l’Afghanistan se sont aussi fortement développés.

Les États-Unis face au reste du monde

Parmi les 20 jeux sélectionnés, quatre s’inspirent directement de conflits africains. Dans « Tom Clancy’s ghost recon : desert siege », sorti en 2002, une coalition internationale s’oppose au colonel éthiopien Tesfaye Wolde. Ce dernier envahit l’Erythrée et menace les transports maritimes dans la mer rouge.

En 2003, dans « Delta force : Black Hawk Down », le joueur est un soldat de l’armée américaine, participant à l’opération Restore Hope, une intervention qui a eu lieu en 1992-1993, sous l’égide de l’ONU, pour mettre fin à la famine et à la guerre civile en Somalie.

Dans « Delta force Xtrem », sorti l’année suivante, le but du jeu est d’éliminer des terroristes au Tchad. En 2008 enfin, « Army of two » met en scène deux rangers américains, contactés par une société militaire privée, pour assassiner en Somalie le seigneur de guerre Abdullahi Mo’Alim. De quoi satisfaire les Américains ou les Européens passionnés de jeux vidéo… mais pas forcément les autres.

 

Par Pauline Pellissier

Participez au débat sur les réseaux sociaux…


…et recevez la newsletter hebdo gratuite!


Recent Posts

Facebook s’attaque officiellement aux sites de petites annonces avec « Marketplace »

Les sites de petites annonces font souvent partie des plus grandes success stories de l'entrepreneuriat numérique en Afrique. Au Sénégal,...

5 Startups marocaines à découvrir au salon #AITEX, si vous ne les connaissiez pas déjà.

La première édition du salon AITEX (Africa IT Expo), qui a ouvert ses portes ce mercredi 21 à Casablanca, a été...

AITEX: Le Maroc solidifie ses liens avec l’Afrique subsaharienne dans les TIC

Le salon AITEX (Africa IT Expo) a ouvert ses portes ce mercredi 21 septembre 2016. Il réunira, durant 5 jours, les...

Ces étudiants que la technologie mettra au chômage…

Le phénomène est certes plus pertinent en occident qu'en Afrique, mais ceux qui ont sous-estimé la capacité du continent noir à s'approprier les...

Rapport: « A quoi ressemblera le marché bancaire africain en 2027? »

C’est la question à laquelle nous répondons dans cette étude qui se base sur quatre années d’analyse intense du marché des...